Créateur d’émotions

Accueil > Agenda > Les Mythos - clowns à la grecque

Les Mythos - clowns à la grecque

vendredi 13 novembre 2015 à 21:00 Enregistrer au format PDF

Spectacle tout public à partir de 5 ans durée 1 heure.
de et avec PHILIPPE BRUNET et DIDIER PONS Mise en scène NATALIE AVONDO

L’HISTOIRE
Se confronter à la Mythologie grecque quand on est deux clowns et choisir le théâtre pour raconter comment Zeus accède au pouvoir, voilà le sacré déf que Jérôme et Gérard Thierry, sauront relever en restant unis face à l’adversité.
Jamais les Dieux n’auront été aussi humains et les clowns aussi divins !

LE SPECTACLE
Les Mythos, c’est avant tout un spectacle généreux qui réussit le pari de nous faire franchement rire.
Ce duo s’en donne à coeur joie et se démène pour notre plus grand plaisir, multipliant les efets, les styles, les trouvailles.
Tous les moyens sont bons : comique de situation, parodie, accidents, fantaisie, chutes... mais toujours avec fnesse.
C’est un spectacle d’où l’on sort enrichi d’un bon moment de rire, et pourtant... il s’agit de Mythologie grecque !

NOTE D’INTENTION
Les Mythos c’est essentiellement et avant tout un spectacle qui met en scène deux clowns dans ce qu’ils ont de plus singulier, de plus humain et de plus drôle.
Ce qui nous intéresse c’est de montrer comment, ensemble, ils ont été capables des’approprier la matière de la Mythologie grecque pour ofrir à leur publicleur propre vision, naïve, sensible et fantaisiste de celle-ci.
Somme toute,la Mythologie est ici un prétexte pour que les clowns puissent vivre leur relation devant leur public.
Cela n’exclut pas, bien au contraire, un véritable travail pour traiter du sujet. Les contenus de la pièce sont largementinspirés des textes fondateurs. De même, lascénographie et les costumes sont le fruit d’une recherche documentaire.
Le théâtre et l’interprétation sont abordés avec le plus grand soin par les clowns, et c’est cette volonté de bien faire qui les rend encore plus drôles. Ils nous ofrent leur fragilité en permanence et même s’ils donnent tout pour leur public, le dérapage peut arriver à tout instant.
« Les Mythos ofrent une relecture de la mythologie fort peu académique, hellénistes dogmatiques, s’abstenir ….
Qu’ils soient machiniste, professeur ou olympien, tous tombent de leur piédestal ou de leur… escabeau. Ici, les dieux ne tombent pas sur la tête, ils l’ont perdue depuis longtemps. Ils font étrangement penser à nos contemporains, étalent leur petitesse, rivalisent de cuistrerie et de fatuité, incarnent l’outrageante hybris*, dévoilent leur pusillanimité, tout en citant Hésiode, in situ. Jamais l’Antiquité n’aura été si proche, les Olympiens si clowns, les clowns tout simplement divins » …Cécile Mucignat, professeur de lettres classiques.

PAROLES DE CLOWNS
Une des spécifcités de l’écriture clownesque, c’est qu’au bout du compte elle ne peut se faire que par les clowns eux mêmes. Laissons les donc parler de leur spectacle.
Jérôme :« Gérard Thierry et moi nous avons voulu écrire une pièce sur la Mythologie grecque et nous avons tout créé de A à Z ! Gérard a lu Hésiode, Homère et Marc Aurèle et moi j’ai conçu les costumes et la scéno d’après de vraies photos.
Avant de jouer la pièce, je viendrai sur scène pour tout vous expliquer en espérant que Gérard arrive à se retenir pour ne pas intervenir lors de ma présentation. Sacré Gérard !
Il y aura 3 actes et entre chaque acte nous viendrons tous les 2 faire le point avec vous.
Acte I - Les Préparatifs :
Première apparition de Zeus, parfaitement orchestrée par mes soins aux manettes (eh oui c’est moi qui assure toute la technique aussi !) C’est du grand, du beau comme le voulait Gérard. Le Cyclope (c’est moi qui le fais) amène le foudre à Zeus. Après quelques essais de son foudre, Zeus sait qu’il a maintenant la toute puissance. Hercule Dimopoulos (c’est moi aussi qui fait Hercule, l’expert en Mythologie grecque) fait son entrée en scène pour apporter quelques explications complémentaires. Zeus, le chef des armées, se prépare.
Actes II - Les Grandes Manoeuvres :
Entrée fracassante de Zeus qui va dialoguer avec sa grand-mère Gaïa (là encore c’est moi qui fais Gaïa) qui a quelque chose de très important à lui dire. C’est un oracle. Zeus fait alors appel à son frère Poséïdon (moi) pour rassembler les armées qui iront en guerre contre Cronos (Parfois moi). Hercule Dimopoulos vient interroger le public pour savoir s’il suit l’histoire.
Acte III - La Victoire :
Scène grandiose de bataille entre Cronos, Poséïdon et Zeus. Sans tout dévoiler, sachez qu’il y aura des efets avec des tissus, une musique magnifque et un combat de Titans ! Ensuite il y a une scène que Gérard et moi on adore : le repos des guerriers. Puis Zeus, proftant de sa solitude éternelle, fait son magnifque monologue adressé au peuple avant de remonter à l’Olympe en grandes pompes avec toujours moi aux manettes.
Voilà, Il y a encore bien d’autres surprises mais je ne vous révèle pas tout. Juste une dernière petite chose : les décors aussi, sont vraiment somptueux, l’or de l’Olympe qui rappelle la luminosité de la Grèce antique, les machineries qui sont des répliques de celles utilisées par les grecs antiques. Enfn, bref j’ai mis tout mon talent pour que ce spectacle soit inoubliable et généreux. »
Gérard Thierry :« Dans cette pièce j’interprète Zeus, le grand, le beau, le magnifque Zeus. Le Dieu des Dieux, qui descend de l’Olympe pour se montrer et haranguer les foules, le Dieu aux multiples facettes, le Dieu des métamorphoses, Zeus, le séducteur, le guerrier, le cruel qui assoit son pouvoir dans l’Eternel.
Je trouve que ce qu’a dit Jérôme est très bien, très bien écrit, très bien dit, et je n’ai rien à rajouter. Merci Jérôme ! »


Séances scolaire jeudi 12 novembre - 14 heures

Séance tout public - vendredi 13 novembre - 21 heures
Salle des thermes - Saint Antonin Noble Val
Tarifs : enfants 5€ - adultes 8€

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.