Créateur d’émotions

Accueil > Agenda > Jur

Jur

vendredi 6 février 2015 à 21:00 Enregistrer au format PDF

Derrière ce nom étrange se cachent une grande femme filiforme, puissante et une voix profonde, vibrant comme une polyphonie tellurique, un bouquet de chardons. Son univers s’impose dans sa singularité irréelle mêlant les langues et les histoires. On la suit volontiers dans la description d’un rêve habité de rencontres fantastiques, dans la mine de son "imaginoir", malin mot-valise. Chantées en espagnol, en catalan ou en français, les mélodies du groupe JUR envoûtent, bouleversent, c’est un voyage dans un monde inexploré. On ne ressort pas indemne d’un concert de JUR, on en ressort tout coi, tout chose, interpellé par cette chanteuse pas pareille.
Tony Gatlif, qui met en scène les musiciens dans son dernier film Géronimo, ne s’y est d’ailleurs pas trompé.
Julien Vittecocq, Nicolas Arnould et Jean Baptiste Maillet sont les trois musiciens qui accompagnent Jur, dans ce beau voyage.

JPEG - 58.1 ko

D’abord le souffle de flacons de shampoing qui expirent sous ses doigts et qu’elle sample… Singulière entrée en matière pour étonnante artiste qui n’entre dans le domaine chanson qu’au chausse-pied. Jur (prononcez « jour » ; son vrai nom c’est… Georgina Domingo Escofet) est grande de taille, filiforme, un peu Birkin dans la silhouette (comme Jane elle maîtrise son accent à souhait, ce qui n’est pas rien dans son aura, dans son charme), dégingandée, ci-devant vêtue d’une longue robe pourpre dont elle se joue, en un érotisme qui n’est pas sans lien avec la fascination qu’elle peut susciter, au moins chez son public masculin. La belle chante bilingue. En catalan et d’intuition on se dit que les textes sont construits. En français et c’est pour le moins minimaliste, rudimentaire. D’un fil d’argument, elle fait (parfois, pas toujours) un monument d’interprétation, sombrant en d’inénarrables folies où sa voix et son corps battent la chamade. Son corps dont postures et impostures défient parfois l’entendement, comme soumis à tous les vents. Ne tentez pas d’accoler un style précis à Jur ou vous le chercherez encore : tango et flamenco, rock et blues… Jur est allumette qui fait feux de tous bois, dramaturgie de son corps et de son âme qui emprunte à ce qu’elle est, femme de cirque en totale exhibition, désinhibée, sans limite. Sans être un cri, sa voix est longue et onctueuse mélopée d’une presque diva qui chemine sa déraison. Il y a des moments superbes, d’autres tellement incongrus qu’ils tombent à plat, comme ce musicien symphonisant avec ses mâchoires, ses dents, en dedans. Comme ce lancé de pull (on attend bien plus…) en direction de la salle par lequel elle fait d’emblée copain-copain avec le public. Comme cette fin insolite où elle planche, toute raide, entre deux tréteaux puis se fait ensevelir par ses comparses d’instruments et accessoires de scènes… Hors ça, Jur, toute grande perche qu’elle est, vous la tend souvent, en un rapport à la scène jusqu’ici inconnu, en d’autres codes partagés avec ses complices, musiciens tout aussi éthérés et démoniaques qu’elle. Ça désoriente, ça déboussole, ça fait du bien. On en ressort tout coi, tout chose, satisfait ou non, de toute façon interpellé par cette chanteuse pas pareille. De là à désormais ne jurer que par Jur, y’aurait parjure…


Vendredi 06 fevrier - 21 heures
salle des thermes - saint antonin noble val
tarif 6/8 euros

 

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?